AMNESTY INTERNATIONAL LANCE UNE CAMPAGNE MONDIAL POUR FAIRE FACE Á LA MENACE MONDIALE SANS PRÉCÉDENT QUI PESE SUR LE DROIT DE MANIFESTER

Le droit de manifester est menacé de plus en plus dans toutes les régions du monde, a déclaré Amnesty International aujourd’hui, alors que l’organisation lançait une nouvelle campagne mondiale pour faire face aux efforts croissants et croissants déployés par les États pour éroder ce droit humain fondamental.

De la Russie au Sri Lanka, de la France au Sénégal et de l’Iran au Nicaragua, les autorités de l’État mettent en œuvre un éventail croissant de mesures pour réprimer la dissidence organisée. Les manifestants du monde entier sont confrontés à un puissant mélange de refoulements, avec un nombre croissant de lois et d’autres mesures visant à restreindre le droit de manifester; l’abus de la force, l’expansion de la surveillance de masse illégale et ciblée; les coupures d’Internet et la censure en ligne; et les abus et la stigmatisation. Pendant ce temps, les groupes marginalisés et discriminés sont soumis à des obstacles encore plus importants.

La campagne « Protégez les manifestations » d’Amnesty International s’attaquera aux attaques contre les manifestations pacifiques, se tiendra aux côtés des personnes ciblées et soutiendra les causes des mouvements sociaux qui militent en faveur d’un changement des droits humains.

Lisez le briefing de la campagne Protégez la protestation! Pourquoi nous devons sauver notre droit de manifester

TÉLÉCHARGER

« Ces dernières années, nous avons assisté à certaines des plus grandes mobilisations de protestation depuis des décennies. Black Lives Matter, MeToo et les mouvements contre le changement climatique ont inspiré des millions de personnes dans le monde entier à descendre dans la rue et en ligne pour réclamer la justice raciale et climatique, l’équité et les moyens de subsistance, ainsi que la fin de la violence et de la discrimination sexistes. Ailleurs, des milliers de personnes se sont levées par milliers contre les violences et les meurtres policiers, la répression de l’État et l’oppression », a déclaré Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International.

« Presque sans exception, cette vague de protestations de masse a été accueillie par des réactions obstructionnistes, répressives et souvent violentes de la part des autorités de l’État. Au lieu de faciliter le droit de manifester, les gouvernements vont de plus en plus s’efforcer de l’étouffer. C’est pourquoi, en tant que plus grande organisation de défense des droits de l’homme au monde, nous avons choisi ce moment pour lancer cette campagne. Il est temps de se lever et de rappeler haut et fort à ceux qui sont au pouvoir notre droit inaliénable de manifester, d’exprimer des griefs et d’exiger des changements librement, collectivement et publiquement. »

Au lieu de faciliter le droit de manifester, les gouvernements vont de plus en plus s’efforcer de l’étouffer.

Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International
https://youtube.com/watch?v=6q9PRjgTCMc%3Ffeature%3Doembed

Il est temps de se lever et de rappeler haut et fort à ceux qui sont au pouvoir notre droit inaliénable de manifester, d’exprimer des griefs et d’exiger des changements librement, collectivement et publiquement.

Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International

Manifestation attaquée dans le monde entier : explorez la carte

LÉGISLATION RESTRICTIVE, INTERDICTIONS GÉNÉRALES ET POUVOIRS D’URGENCE

Un éventail de questions, notamment la crise environnementale, les inégalités croissantes et les menaces pesant sur les moyens de subsistance, le racisme systémique et la violence sexiste ont rendu l’action collective de plus en plus nécessaire. Les gouvernements ont réagi en introduisant une législation imposant des restrictions illégitimes au droit de manifester. Par exemple, nous avons vu des interdictions générales des manifestations, comme on l’a vu en Grèce et à Chypre pendant la pandémie de Covid-19. Au Royaume-Uni, une nouvelle loi contient des dispositions conférant aux policiers des pouvoirs étendus, y compris la possibilité d’interdire les « manifestations bruyantes », tandis qu’au Sénégal, les manifestations politiques dans le centre de Dakar sont interdites depuis 2011, empêchant les manifestations près des bâtiments gouvernementaux.

Les gouvernements de toutes sortes utilisent également de plus en plus les pouvoirs d’urgence comme prétexte pour réprimer la dissidence. Cela a été observé au plus fort de la pandémie de Covid-19 dans des pays comme la Thaïlande, tandis qu’en République démocratique du Congo, un « état de siège » imposé par le gouvernement a conféré aux militaires et aux policiers des pouvoirs étendus pour restreindre les manifestations dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu depuis mai 2021.

Un homme fuit des pierres et des gaz lacrymogènes lors d’une manifestation qui a éclaté en raison du vote d’un nouveau projet de loi antiterroriste à Dakar le 25 juin 2021, qui, selon les opposants, pourrait être utilisé pour arrêter les manifestations contre le gouvernement dans les rues.

DIABOLISATION DES MANIFESTANTS

Les gouvernements du monde entier justifient les restrictions en faisant valoir que les manifestations constituent une menace pour l’ordre public et en stigmatisant les manifestants ; les qualifiant de « fauteurs de troubles », d’« émeutiers », voire de « terroristes ». En présentant les manifestants sous cet angle, les autorités ont justifié des approches de tolérance zéro : introduire et abuser de lois de sécurité vagues et draconiennes, déployer des services de police musclés et prendre des mesures dissuasives préventives.

Cette approche a été observée à Hong Kong, où la loi sur la sécurité nationale et sa définition élargie de la « sécurité nationale » ont été utilisées arbitrairement, entre autres, pour restreindre les manifestations.

Et, en Inde, la loi antiterroriste sur la prévention illégale (activités) (UAPA) et le crime de « sédition » ont été utilisés à plusieurs reprises contre des manifestants pacifiques, des journalistes et des défenseurs des droits humains.

La police déplace les gens alors qu’ils se rassemblent dans le quartier de Causeway Bay à Hong Kong le 4 juin 2021, après que la police a fermé le lieu où les Hongkongais se rassemblent traditionnellement chaque année pour pleurer les victimes de la répression de la place Tiananmen en Chine en 1989, que les autorités ont interdite en invoquant la pandémie de coronavirus et ont promis d’éradiquer toute manifestation à l’occasion de cet anniversaire.

MANIFESTANTS EN DANGER

VAHID AFKARI

Vahid Afkari a été arrêté arbitrairement à la suite de sa participation pacifique à des manifestations nationales qui ont eu lieu à travers l’Iran en 2017 et 2018.

CHOW HANG-TUNG

L’avocat des droits de l’homme et défenseur des droits du travail Chow Hang-tung, actuellement emprisonné, a été inculpé d’« incitation à la subversion » en vertu de la nouvelle loi sur la sécurité nationale le 9 septembre 2021 et risque jusqu’à 10 ans d’emprisonnement.

JOANAH MAMOMBE, CECILLIA CHIMBIRI ET NETSAI MAROVA

Les militantes politiques Cecillia Chimbiri, Joana Mamombe et Netsai Marova ont été arrêtées en mai 2020 à un barrage routier de la police à Harare, la capitale du Zimbabwe, pour avoir mené une manifestation antigouvernementale contre la réponse des autorités à la pandémie de Covid-19 et à la faim généralisée dans le pays.

GUSTAVO GATICA

Un étudiant chilien qui a été aveuglé après avoir été abattu avec des fusils anti-émeute par la police alors qu’il participait pacifiquement à la vague de manifestations de masse qui a pris le contrôle du Chili fin 2019.

LES MÈRES DU SAMEDI

Le 25 août 2018, la police d’Istanbul a utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour disperser un rassemblement pacifique, principalement de femmes, dont certaines avaient 80 ans, connues sous le nom de « Mères du samedi ».

MILITARISATION DES SERVICES DE POLICE

Alors que les gouvernements s’appuient depuis longtemps sur des tactiques agressives pour contrôler les manifestations, les forces de sécurité ont augmenté la quantité de force qu’ils utilisent ces dernières années.

Les armes dites moins létales, y compris les matraques, le gaz poivré, les gaz lacrymogènes, les grenades assourdissantes, les canons à eau et les balles en caoutchouc sont régulièrement utilisées à mauvais escient par les forces de sécurité. Et, depuis le début des années 2000, Amnesty International a documenté une tendance à la militarisation des réponses de l’État aux manifestations, y compris l’utilisation de forces armées et de matériel militaire. Dans des pays comme le Chili et la France, les forces de sécurité en tenue anti-émeute sont souvent soutenues par des véhicules blindés, des avions de qualité militaire, des drones de surveillance, des fusils et des armes d’assaut, des grenades assourdissantes et des canons sonores.

Au cours du soulèvement de masse qui a suivi le coup d’État de 2021 au Myanmar, l’armée a utilisé une force létale illégale contre des manifestants pacifiques. Plus de 2 000 personnes ont été tuées, selon les observateurs, et plus de 13 000 arrêtées depuis que l’armée a pris le pouvoir.

Des manifestants brandissent des banderoles et crient des slogans tandis que des soldats de l’armée birmane qui sont arrivés pour garder la Banque centrale pendant la nuit placent des barricades de barbelés le 15 février 2021 à Yangon, au Myanmar. L’ambassade des États-Unis au Myanmar a demandé aux Américains au Myanmar de « s’abriter sur place » dans une annonce après des mouvements militaires et des rapports faisant état de possibles interruptions des télécommunications pendant la nuit. Des véhicules blindés ont été vus dans les rues de la capitale du Myanmar, mais les manifestants se sont présentés en force malgré la présence militaire.

INÉGALITÉ ET DISCRIMINATION

Les personnes confrontées à l’inégalité et à la discrimination, qu’elles soient fondées sur la race, le sexe, l’orientation sexuelle, l’identité de genre, la religion, l’âge, le handicap, la profession, le statut social, économique ou migratoire, sont également plus touchées par les restrictions à leur droit de manifester et font face à une répression plus sévère.

Par exemple, les femmes, les personnes LGBTI et les personnes non conformes au genre sont confrontées à différents types de violence sexiste, de marginalisation, de normes sociales et de législation. Dans des pays comme le Soudanla Colombie et la Biélorussie, des femmes ont été agressées sexuellement pour avoir participé à des manifestations, tandis qu’en Turquie, par exemple, les marches des fiertés sont interdites depuis des années.

« Notre campagne arrive à un moment critique. Le précieux droit de manifester s’érode à un rythme terrifiant, et nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour y faire reculer », a déclaré Agnès Callamard.

« D’innombrables manifestants ont été tués ces dernières années, et c’est en partie en leur nom que nous devons maintenant élever nos propres voix et défendre notre droit de dire la vérité au pouvoir par le biais de manifestations dans les rues et en ligne. »

Black Lives Matter (BLM) protesters hold placards and shout slogans during a march on the anniversary of the death of George Floyd, in Brooklyn, New York on May 25, 2021. – The family of George Floyd appealed on May 25 for sweeping police reform on the anniversary of the African American man’s murder by a white officer, as they met President Joe Biden at the White House. 

ARRIÈRE-PLAN

Le droit international des droits de l’homme protège le droit de manifester par un certain nombre de dispositions distinctes inscrites dans divers traités internationaux et régionaux qui, pris ensemble, offrent aux manifestations une protection complète. Même si le droit de manifester n’est pas codifié en tant que droit distinct dans les traités relatifs aux droits de l’homme, lorsque les gens participent à des manifestations, individuellement ou collectivement, ils exercent une variété de droits, qui peuvent inclure les droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique.

En savoir plus : Télécharger un PDF de la séance d’information sur la campagne en appyant ici

Topics